Vous êtes dans : Accueil > Infos pratiques > Déchets > Le verre > Questions les plus fréquemment posées sur le nouveau Geste Verre

Questions les plus fréquemment posées sur le nouveau Geste Verre

Les emplacements répondent aux critères d'être à moins de 200 mètres de chaque habitation et au nombre d'une borne pour 300 habitants (elle est en moyenne d'1 pour 500 au niveau national).

La localisation précise a été décidée par la mairie en collaboration avec la communauté d'agglomération. Le déplacement ou l'ajout d'une borne pourront être étudiés au cas par cas.

Le verre est un matériau recyclable à l’infini qui se retrouve à 80% dans la fabrication desnouvelles bouteilles. C’est un matériau inerte qui met plus de 4 000 ans à se dégrader.

Le traitement des ordures ménagères résiduelles mises dans le bac vert coûte à chaque habitant en moyenne 55€/an. Il n'en coûte que 5€ environ pour le verre s'il est trié à part, soit presque 10 fois moins !

Le tri de son verre et son apport à une borne est donc un geste simple et citoyen qu’il convient d’adopter afin de :
- limiter l’impact environnemental de sa production de déchets ;
- contenir la hausse des coûts du service de gestion des déchets.

ASTUCE : La borne la plus pratique n’est pas nécessairement la plus près de votre domicile, elle est sûrement située sur un de vos trajets habituels. Pour de ne pas créer de déplacement supplémentaire, prévoyez vos dépôts de verre dans le cadre d’un de ces déplacements.

La Communauté d'Agglomération du val de fensch a particulièrement été attentive à l’implantation des bornes afin que ces dernières soient situées à moins de 200 mètres de chaque habitation, accessibles à pied ou en voiture.

Comme 90% des Mosellans et 80% des Français, nous passons à une collecte du verre en apport volontaire. Tout comme le geste citoyen que représente l’apport de son verre en borne d’apport volontaire, il est attendu de chacun des gestes de solidarité intergénérationnelle et d’aide aux personnes à mobilité réduite.

Les coûts liés à la gestion des déchets ne cessent d’augmenter et sont liés à deux facteurs : le calcul de la TEOM est basé sur la valeur locative de votre bien immobilier et ne couvre actuellement que 80% du coût réel de gestion des déchets supporté par la Communauté d'Agglomération du Val de Fensch. D’ici 2014, la loi Grenelle du 8 août 2009 oblige les collectivités à faire payer le service à 100 % par les administrés dans le cadre du principe « pollueur/payeur ». La Taxe Globale sur les Activités Polluantes (TGAP) est due à l’Etat pour chaquetonne de déchets enfouis. Depuis 2008, elle ne cesse de progresser passant de 8€ la tonne à 20€ la tonne en 2012 soit pour 20 000 tonnes de déchets, une augmentation de 240 000 €. En 2015, elle sera de 32€ la tonne.

La Communauté d'Agglomération du Val de Fensch ne peut contenir à elle seule ces augmentations. En décidant du passage de la collecte du verre en porte à porte à la collecte en apport volontaire, la Communauté d'Agglomération du Val de Fensch réalisera une économie d’environ 240 000 € par an. Malheureusement, cette économie ne compensera pas ,mais permettra au moins, de contenir les augmentations décidées par l’Etat.

La réglementation préconise en effet « d’utiliser des conteneurs roulants normalisés conçus pour être appréhendés par les lève-conteneurs ». Les modulos bacs utilisés pour la collecte du verre ne répondent pas à cette recommandation. La mise en conformité de cette collecte aurait conduit à l’achat d’un bac 2 roues pour chaque particulier du Val de Fensch avec les problèmes de stockage que cela peut engendrer.

De plus, il n’existe plus, sur le marché, de camion effectuant la collecte des flux verre et emballages ménagers simultanément. Les camions actuels étant en fin de vie, il était nécessaire de les renouveler. En conservant le choix d’une collecte du verre en porte à porte, la Communauté d'Agglomération du Val de Fensch aurait dû acquérir des camions à lafois pour le verre mais également pour la collecte sélective et ainsi mettre en place des tournées supplémentaires.

Concernant les conditions de travail, le personnel soulevait en moyenne 1300 kilos quotidiennement, soit l’équivalent de 38 sacs de ciment/jour sur 4 jours par semaine. La mise en place d’une collecte en apport volontaire est synonyme de moins d’arrêts et d’accidents du travail. La collecte est également beaucoup plus sécurisée (pas de risques de projection et d’éclats du verre).