Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Le mérite pour Antoine Bach

Le mérite pour Antoine Bach

Antoine Bach, président d'AMOMFERLOR  (Association Mémoire Ouvrière des Mines de Fer de Lorraine) a appris il y a peu sa nomination en tant que Chevalier de l'Ordre National du Mérite. Une distinction largement méritée pour lui et pour son équipe de bénévoles pour le formidable travail de mémoire accompli.

Belle surprise  pour Antoine Bach ! En décrochant son téléphone, le mercredi 15 mai dernier à 9h, il a appris par l’intermédiaire de François Marzorati, ancien Sous-préfet de Thionville (aujourd’hui président du comité de suivi d’ArcelorMittal Florange) qu’il allait être nommé Chevalier de l’Ordre National du Mérite. Une belle distinction, largement méritée pour celui qui  préside l’association AMOMFERLOR (Association Mémoire Ouvrière des Mines de Fer de Lorraine), association qui a créé et qui gère l’Ecomusée des mines de fer de Lorraine, avec ses deux sites de Neufchef et d’Aumetz. Ces deux sites accueillent depuis plus de vingt ans maintenant de nombreux visiteurs : « Nous avons accueilli en 2012, 16204 visiteurs à Neufchef et 1380 visiteurs à Aumetz. En 23 ans, 500 000 visiteurs se sont rendus au musée des mines de fer de Neufchef ! » s’est exclamé en toute modestie mais non sans fierté, Antoine Bach.

Né en 1940 à Neufchef,  l’homme a la mine dans le sang. Après une enfance heureuse « sans tablette tactile ni smartphone, ni tous ces gadgets modernes ! », Antoine Bach décide après avoir réussi son certificat d’études de choisir un métier : « Chez nous, c’était soit l’usine, soit la mine.  Mon père et mes oncles étant employés à la mine, j’ai opté pour cette voie ». A 14 ans, il commence un apprentissage des techniques minières qui durera près de 4 ans et obtient à l’issue de cette formation son CAP de mineur : « Je souhaitais alors travailler à l’abattage au sein de la mine d’Hayange, (NDLR : domaine d’activité qui consistait pour le mineur à percer des trous,  à abattre le minerai et à le charger dans les wagonnets) car c’était un métier passionnant et bien rémunéré. Faute de place disponible en tant qu’abatteur, j’ai débuté mon activité aux petits travaux de la mine : nettoyage des rigoles, des galeries, enlèvement des déchets… J’aspirais à mieux et j’ai décidé de me donner les moyens d’évoluer ». Antoine Bach s’inscrit aux cours du soir et réussit le concours de l’Ecole des Mines de Thionville. Il devient alors « porion », un agent de maîtrise ayant la responsabilité d'un quartier d'exploitation minier et poursuit son travail à la mine d’Hayange : « Je dirigeais en tant que responsable une équipe de mineurs, je gagnais correctement ma vie et j’ai pu ainsi travailler comme porion à l’abattage ». Antoine Bach exercera cette activité jusqu’à la fin de sa carrière professionnelle, fier : « de n’avoir jamais perdu aucun des hommes dont j’avais la responsabilité ». Dans les années 1970, avec la modernisation des techniques minières (chargeuses, purgeuses…), il devient porion de formation. Il initiera de nombreux mineurs à l’utilisation de ces nouveaux engins.

Au début des années 80, lors d’une discussion informelle entre mineurs dans un bus, qui les ramène à leur domicile, l’idée d’un musée des Mines de Fer jaillit. Celle-ci germe dans l’esprit d’Antoine Bach qui décide alors de la faire devenir réalité : «  En France, les mines fermaient les unes après les autres, c’était  quasi vital pour moi de sauvegarder ce qui faisait partie de notre patrimoine et bientôt de notre passé ». L’idée de la création d’un site historique des mines de fer de Lorraine  a été présentée par Antoine Bach (alors Adjoint Au Maire) au conseil municipal de Neufchef en 1983. Le projet a été accepté à l’unanimité le 28 novembre 1983 par la mairie qui a accordé une subvention de 5000 francs (= 762€) pour le concrétiser. « Paradoxalement et heureusement pour nous,  bien que Neufchef ne soit pas une commune minière, le projet a remporté l’unanimité bien au-delà des limites de la Ville. Les mairies environnantes et même de Meurthe-et-Moselle se sont jointes à nous pour nous assurer de leur soutien et nous apporter une aide financière. Sans elles et de nombreux bénévoles, nous n’aurions jamais réussi à mener ce projet jusqu’au bout». Du courage et de la ténacité, il en aura fallu pour réhabiliter et réaménager les galeries de la mine, remettre en état les engins et offrir un site de qualité aux visiteurs : 

100 bénévoles ont été mobilisé durant 5 ans, ce qui représente 500 000 heures de travail.  1 500 mètres de galeries ont été délimités et assainis avec plus de 7 000 boulons posés. Je tire mon chapeau à cette équipe de bénévoles très courageux et dévoués et partage avec eux cette distinction que je recevrai prochainement. 

Antoine Bach, malgré les nombreux efforts fournis tout au long de  sa vie et de sa carrière professionnelle n’a rien perdu de sa motivation. Il fourmille de projets : « Nous allons réaménager prochainement la deuxième salle d’exposition du Musée des Mines de Fer de Neufchef. Nous allons exposer la plus importante et plus complète collection de lampes de mines de fer avec près de 300 modèles. Nous envisageons également de revoir le dispositif scénographique des galeries de Neufchef et d’entamer à Aumetz, des travaux de rénovation du bâtiment de la machine d’extraction ». Ces travaux sont prévus jusqu’en 2018, de quoi occuper pour près de 6 ans l’association AMOMFERLOR qui aura accompli avec brio ses missions : préserver et gérer le patrimoine minier des mines de fer de Lorraine au travers de ses deux musées.

Un article rédigé par Emmanuel GARBAL

Horaires d’ouverture et infos supplémentaires : www.musee-minesdefer-lorraine.com